The 4 Freedoms Library

It takes a nation to protect the nation

 

Riposte Laique

Numero 141

L’EDITO DE CYRANO

La France est en état de guerre civile, c’est un fait...

mardi 20 avril 2010

A Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), des bus sont caillassés ou incendiés en représailles d’arrestations de trafiquants de drogue. Le ministre de l’Intérieur décide de faire accompagner les bus par des CRS. Non seulement les bus sont encore victimes de caillassages, mais même de tirs d’armes à feu, et un car de policiers qui accompagne l’un d’entre eux est lui aussi victime d’une lapidation en règle.

A Grenoble (Isère), Martin, 23 ans, est lynché en plein centre ville par une bande de « jeunes » venus des « quartiers sensibles ». Une cigarette refusée à l’un de ses agresseurs serait à l’origine du drame. Les coups de couteaux ont perforé un poumon. Martin se trouve toujours dans un état grave.

Aux Ulis (Essonne), deux filles de 14 et 15 ans sont violées à plusieurs reprises par une bande de mineurs. Leurs familles portent plainte. Sous la pression du voisinage et la peur des représailles, l’une d’entre elle est obligée de fuir le quartier. Ni Putes Ni Soumises organise une manifestation de soutien, qui ne réunit qu’une cinquantaine de personnes prises à parti par la population locale. « Les filles d’aujourd’hui, elles sont faciles, c’est tout ! Nous, on soutient les frères. », dira même une mère de famille.

A Narbonne (Aude), un commerçant de 59 ans voit sa boutique saccagée et sa voiture sabotée. « A mort, les juifs, à mort la police », peut-on lire sur des inscriptions laissées sur place. Son fils de 13 ans est agressé et blessé. Moïse Chekroun est désemparé. Il envisage de quitter le quartier.

A Etampes (Essonne), un jeune homme de 23 ans frappe violemment le petit ami de sa sœur avec une barre de fer. La victime souffre de plusieurs fractures du crâne. Elle a été placée dans un coma artificiel. Son pronostic vital est engagé. Quand la jeune fille de 17 ans retourne chez ses parents, elle est à son tour victime d’une « violente correction » (selon l’expression du Parisien) qui lui vaut quatre semaines d’arrêt de travail et un placement en foyer. L’agresseur a dit vouloir « protéger la virginité de sa sœur ». Le Parisien évoque un vague « motif religieux ».

Descentes récurrentes de centaines de « jeunes blacks », selon le forain Marcel Campion, à la Foire du Trône en plein Paris, avec moult agressions et lynchages de blancs « au faciès ». Escalade de violences dans les bus de Toulon (Var). Le journal « La Provence » remarque « l’inquiétante flambée des actes de violence gratuite » à Aix-en-Provence (Bouche-du-Rhône), ville pourtant réputée paisible par rapport à sa voisine Marseille. Lynchage crapuleux d’un homme sur la plage de Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes). Coups de feu sur un employé de Véolia en Avignon (Vaucluse). Toujours en Avignon, un délinquant de 14 ans traîne sur plusieurs mètres une dame de 72 ans pour lui voler son sac. Des journalistes de France 3 venus enquêter sur les violences urbaines sont arrosés de gaz lacrymogène et dépouillés à Villepinte (Seine-Saint-Denis). A Saint-Quentin (Aisne), un multirécidiviste de 12 ans met le feu aux cheveux d’une nonagénaire pour « faire marrer ses copains ». A Perpignan (Pyrénées-Orientales), trois policiers sont blessés en mission, l’un d’eux a le doigt arraché par l’homme qu’ils tentaient d’arrêter. A Arras (Pas-de-Calais), une collégienne de 14 ans est violée dans un parc public par trois mineurs de 12 à 14 ans.

Voilà quelques exemples de « faits divers », sur une période d’une dizaine de jours, qu’on peut lire quotidiennement dans la presse régionale. Peu d’entre eux font l’objet d’une couverture nationale, alors qu’il y a trente ans, le moindre crime de cet acabit aurait fait la une des journaux télévisés de 20 heures pendant plusieurs jours et provoqué l’indignation générale. La « violence gratuite » se banalise alors même qu’elle devient de plus en plus barbare.

Aucun Français ne peut donc croire que la délinquance stagne ou est en baisse, comme l’annonce régulièrement le gouvernement à partir de chiffres pro domo. Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur de mai 2002 à mars 2004 puis de mai 2005 à mars 2007, avait promis de nous débarrasser de la « racaille » à coup de « Kärcher », d’éradiquer les zones de non-droit, de punir les coupables avec une sévérité sans faille. Elu président de la République, il a continué ses incantations systématiques. Mardi dernier, il remettait le couvert à Bobigny : on va voir ce qu’on va voir. En vain : on n’a rien vu depuis huit ans qu’il est aux affaires de sécurité.

Michèle Alliot-Marie, quand elle était son ministre de l’Intérieur, a avoué donner des ordres aux policiers pour ne pas poursuivre les délinquants en scooter ou en voiture. Ce n’est pas nouveau : lors des émeutes de 2005, la police aux ordres de Nicolas Sarkozy avait ordre de ne pas charger ceux qui leur tiraient dessus et mettaient les banlieues à feu et à sang. Quant à Brice Hortefeux, actuel ministre de l’Intérieur, il continue la méthode sarkozyste de s’indigner verbalement et de proposer sans cesse des nouvelles lois. Sans résultats.

La droite au pouvoir a donc totalement échoué dans le rétablissement de l’ordre républicain et dans la défense citoyenne du droit à la sécurité. Mais ce n’est pas mieux à gauche. Lionel Jospin, quand il était premier ministre, a mis des années à reconnaître que le « sentiment d’insécurité » était une expression fallacieuse pour cacher la réalité de ladite insécurité due à la montée d’une réelle délinquance. « Il ne fallait pas faire le jeu du Front National », disaient-ils. Par leur cécité, ils n’ont cessé de le faire, comme le prouve l’élection présidentielle de 2002.

Et cette gauche n’a pas varié d’un pouce dans son idéologie complice des voyous. Elle ne jure que par l’excuse sociale, alors que toute étude sociologique différentielle sérieuse invalide totalement cette légende. Les enfants d’Arméniens ou d’Italiens qui vivaient dans les bidonvilles de Villeurbanne n’incendiaient pas leurs écoles et ne lapidaient pas les policiers. On n’a guère vu d’Asiatiques ou de Français de souche vivant malgré eux dans les banlieues participer aux émeutes de 2005. Ces fameuses « cités » des banlieues « rouges », aujourd’hui désignées pudiquement de « zones sensibles », étaient paisibles quand elles étaient habitées par des enfants de paysans venus travailler dans les usines des villes ou par des rapatriés d’Algérie. Comme le démontre le criminologue Xavier Raufer, la véritable pauvreté est aujourd’hui dans la campagne française et non en Seine-Saint-Denis.

Mais qu’à cela ne tienne, on continue à entretenir le mythe des « populations défavorisées » qui auraient droit à se rebeller par la violence. On a transformé en martyrs deux gamins de Clichy-sous-Bois morts électrocutés parce qu’ils s’étaient bêtement réfugiés dans un transformateur à haute tension pour échapper à un banal contrôle policier. Lors de sa campagne présidentielle, Ségolène Royal leur a même rendu un hommage vibrant en compagnie du maire, d’un imam et de femmes voilées devant un espèce de monuments aux morts comme si ces deux inconscients suicidaires étaient des héros de la Nation.

Pas mieux chez les « écolos », nouvelle composante de la gauche. Dans un débat télévisé, le conseiller régional Augustin Legrand se fait le porte-parole des dealers de banlieue en proposant de verser un salaire de 2000 euros mensuels aux trafiquants de drogue. Les Français smicards ou vivant du RSA (400 euros par mois) faute de trouver un travail apprécieront… Stéphane Gatignon, maire Europe Ecologie de Sevran, déclare à Rue89 qu’on pourrait « imaginer avoir des circuits courts, des champs de pavot ou d’herbe en Ile-de-France ». Il montre ainsi une méconnaissance totale des trafiquants qui dealent autant les drogues dures que les drogues douces, comme le démontre, là encore, Xavier Raufer.

Le déni de réalité continue de monopoliser les débats télévisés. On discute pendant des heures sur les violences scolaires, sans jamais apporter aucune analyse sociologique des fauteurs de trouble. La moindre voix discordante est qualifiée de raciste et de xénophobe. Quand Eric Zemmour constate le fait que « la plupart des trafiquants sont noirs ou arabes », il est traîné dans les prétoires par le Mrap, SOS-Racisme et aussi par la Licra, dont le conseil fédéral vient de décider de poursuivre le journaliste en justice.

Autre procès grotesque, celui intenté par le Mrap contre Brice Hortefeux. Lors d’une université d’été de l’UMP, il déclare en privé et à la cantonade, sur le ton de la plaisanterie, à propos d’un militant d’origine nord-africaine : « Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. » Pour Mouloud Aounit et deux « sociologues » présents au procès (dont l’islamogauchiste Vincent Geisser, fan de Tariq Ramadan), c’est « raciste » ! Pourtant, n’importe qui peut constater qu’effectivement, une immigration musulmane importante pose davantage de problèmes d’intégration qu’une immigration européenne ou asiatique. Mais il est interdit de « stigmatiser » ! Les premiers à vous l’expliquer sont ces enseignants qui magouillent pour que leurs propres enfants ne se retrouvent pas dans des classes où il y aurait « trop d’Arabes ».

Ces « antiracistes » autoproclamés restent silencieux sur le racisme anti-blancs ou anti-français. Pas un n’a levé le petit doigt quand on a brûlé le drapeau national à Toulouse, quand la FNAC veut décerner un prix à une photo montrant qu’on se torche avec ce drapeau (elle a fait machine arrière depuis), ou quand on fait la chasse aux blancs à la Foire du Trône et aux Juifs dans les écoles de la République. Quand Ivan Rioufol, dans son bloc-notes du Figaro, accuse la cécité des droitsdelhommistes sur le lynchage d’un paisible géographe blanc de 23 ans à Grenoble par une bande de jeune issus de la diversité, comme l’on dit, la Licra se fend d’un communiqué pour expliquer que cela n’a rien de « raciste ».

Et pourtant, force est de constater que dans la plupart des « faits divers » énumérés ci-dessous, les agresseurs sont bien d’origine africaine noire ou nord-africaine arabo-musulmane, tandis que les victimes sont françaises ou européennes « de souche ». N’importe quel sociologue sérieux et non abruti par une idéologie compassionnelle ou journaliste de terrain peut le constater et le mesurer. Il est tout de même curieux de constater que ceux-là même qui crient au racisme chaque fois que la victime est noire ou arabe et les agresseurs blancs, au besoin en subornant des témoins comme dans les affaires de Vauvert et d’Oullins, ne voient aucune discrimination dans le cas contraire pourtant largement majoritaire dans les faits divers relatés par vos journaux locaux.

Il faut l’avouer humblement, il nous est également difficile à nous, rédacteurs à Riposte Laïque et gens de gauche (non pas idéologiquement mais au niveau des valeurs humanistes et démocratiques), d’accepter certaines évidences factuelles. Nous aussi craignons de « faire le lit du Front National », nous aussi défendons un universalisme humaniste, féministe et social, dans la plus pure tradition jauréssienne et républicaine.

Mais Jean Jaurès a aussi dit : « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire, c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. » Et également : « Tout progrès vient de la pensée et il faut donner d’abord aux travailleurs le temps et la force de penser. »

Alors nous pensons et nous cherchons la vérité. Et cette vérité, elle se trouve dans la réalité des faits. Et les faits nous démontrent que nous assistons à une offensive contre la République et contre les Français non seulement d’un islam conquérant, mais d’une partie de la population immigrée ou issue de l’immigration qui rejette ouvertement notre culture, nos valeurs, et, aujourd’hui, le droit du peuple français à vivre libre et en sécurité.

Nous assistons à une rébellion à caractère ethnique et/ou religieux, à des attaques dirigées par des résidents minoritaires contre une partie de la population (autochtone, « sous-chienne », blanche, européenne) et contre ses biens et ses idéaux. Nous assistons à un remake de ce qui s’est passé au Kosovo ou au Liban, avec les conséquences que l’on connaît. Cela s’appelle tout simplement une guerre civile, d’après les définitions mêmes de l’ONU et des Conventions de Genève. Qu’on soit de gauche ou de droite, c’est un fait.

 

Source: http://www.ripostelaique.com/

Balises : France, GuerreCivile, ImmigrationIslamique, RiposteLaique

Vues : 39

Réponses à cette discussion

So our side were a decade ahead of the intellectuals: France is on the verge of civil war.

In case you don't know Christopher Caldwell, he's an American journalist who wrote "Reflections on the Revolution in Europe" (2009), basically saying what Douglas Murray said a decade later.

https://claremontreviewofbooks.com/france-on-the-verge-of-civil-war/

Some scary quotes from that article:

  • Up to a fifth of the soldiers in the French armed forces are Muslim.
  • workers were priced out of private housing by yuppies and bullied out of public housing by immigrants, who have turned many housing projects into Islamic strongholds.
  • That process pushed the working class into France’s exurbs and rural areas. There, making ends meet (or not) can come down to the price of gasoline. In 2018 and 2019, the so-called “yellow vests” (gilets jaunes) protests, focused on high gas prices and metropolitan contempt, briefly threatened to chase Macron from office. [So that's what the gilets jaunes was all about]
  • In 2005, E.U. authorities proposed a “constitution” that would shift many national responsibilities away from Paris to the E.U. capital in Brussels. France scheduled a referendum to resolve the question. After a passionate and all-consuming national debate, voters resoundingly blocked the constitution. Three years later, Sarkozy quietly committed France, by treaty, to the very arrangements it had just rejected at the ballot box.
  • Zemmour: "Actually, I am the inheritor of the battle to save France from the main threat that faces it—the Muslim migrant invasion.”
  •  In the autumn of 2019 Zemmour warned: “The question before us is the following: ‘Will young French people accept to live as a minority in the land of their ancestors?’ If so, they deserve to be colonized. If not, they will need to fight for their liberation.”

  • That brought legal charges against Zemmour for “incitement to hatred.” He was assessed a fine of €10,000. Zemmour appealed on free-speech grounds and in September had it overturned. Prosecutors are seeking to have it reinstated.

RSS

Page Monitor

Just fill in the box below on any 4F page to be notified when it changes.

Privacy & Unsubscribe respected

Muslim Terrorism Count

Thousands of Deadly Islamic Terror Attacks Since 9/11

Mission Overview

Most Western societies are based on Secular Democracy, which itself is based on the concept that the open marketplace of ideas leads to the optimum government. Whilst that model has been very successful, it has defects. The 4 Freedoms address 4 of the principal vulnerabilities, and gives corrections to them. 

At the moment, one of the main actors exploiting these defects, is Islam, so this site pays particular attention to that threat.

Islam, operating at the micro and macro levels, is unstoppable by individuals, hence: "It takes a nation to protect the nation". There is not enough time to fight all its attacks, nor to read them nor even to record them. So the members of 4F try to curate a representative subset of these events.

We need to capture this information before it is removed.  The site already contains sufficient information to cover most issues, but our members add further updates when possible.

We hope that free nations will wake up to stop the threat, and force the separation of (Islamic) Church and State. This will also allow moderate Muslims to escape from their totalitarian political system.

The 4 Freedoms

These 4 freedoms are designed to close 4 vulnerabilities in Secular Democracy, by making them SP or Self-Protecting (see Hobbes's first law of nature). But Democracy also requires - in addition to the standard divisions of Executive, Legislature & Judiciary - a fourth body, Protector of the Open Society (POS), to monitor all its vulnerabilities (see also Popper). 
1. SP Freedom of Speech
Any speech is allowed - except that advocating the end of these freedoms
2. SP Freedom of Election
Any party is allowed - except one advocating the end of these freedoms
3. SP Freedom from Voter Importation
Immigration is allowed - except where that changes the political demography (this is electoral fraud)
4. SP Freedom from Debt
The Central Bank is allowed to create debt - except where that debt burden can pass across a generation (25 years).

An additional Freedom from Religion is deducible if the law is applied equally to everyone:

  • Religious and cultural activities are exempt from legal oversight except where they intrude into the public sphere (Res Publica)"

© 2022   Created by Netcon.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service