The 4 Freedoms Library

It takes a nation to protect the nation

Oui à l'initiative contre les minarets: http://www.sami-aldeeb.com/articles/view.php?id=404

Centre de droit arabe et musulman
Centre of Arab and Islamic Law
Zentrum für arabisches und islamisches Recht
Centro di diritto arabo e musulmano

Sami Aldeeb, dr en droit
Ochettaz 17
Ch-1025 St-Sulpice
Tél. fixe: [0041] 021 6916585
Tél. portable: [0041] 078 9246196
Site: www.sami-aldeeb.com
Email: sami.aldeeb@yahoo.fr

Oui à l'initiative contre les minarets

Une initiative populaire a été déposée le 8 juillet 2008, pourvue de 113
540 signatures valables, visant à introduire dans l'article 72 de la
Constitution un troisième alinéa qui interdit la construction de
minarets en Suisse. Les trois passages suivants pris du site des
initiateurs résument leurs motivations:
- Le minaret en tant que bâtiment n'a pas de caractère religieux, mais
il est le symbole d'une revendication de pouvoir politico-religieuse
qui, au nom d'une dite liberté religieuse, conteste des droits
fondamentaux, par exemple l'égalité de tous, aussi des deux sexes,
devant la loi. Il symbolise donc une conception contraire à la
Constitution et au régime légal suisse.
- L'initiative vise à garantir durablement en Suisse la validité
illimitée du régime légal et social défini par la Constitution. Les
tentatives de milieux islamistes d'imposer en Suisse aussi un système
légal fondé sur la sharia sont ainsi stoppées.
- Cette initiative ne restreint en revanche pas la liberté de croyance
qui est garantie dans la Constitution comme un droit fondamental[1].
Le Parlement et le Conseil fédéral recommandent au peuple de rejeter
cette initiative. Leurs motivations peuvent être résumées comme suit:
- Elle viole la liberté religieuse.
- Elle n'empêchera pas la construction de mosquées, pas plus qu'elle
n'empêchera certains milieux musulmans intégristes de prêcher des thèses
peu compatibles avec les valeurs de notre ordre juridique.
- Elle menace la paix religieuse et risque de radicaliser une partie de
la population musulmane.
- Elle risque de susciter des réactions d'incompréhension à l'étranger
et la menace d'attentats terroristes visant la Suisse pourrait également
s'intensifier.
- Elle peut avoir des répercussions négatives sur notre économie[2].
Le message fédéral précise que l'autorisation de construction de minaret
"peut être assortie de conditions et de charges, interdisant par
exemple que le minaret soit utilisé pour des appels à la prière"[3].
Le 9 septembre 2009, les Évêques suisses ont pris position contre cette
initiative[4]. Il en est de même du Conseil suisse des religions[5] et
de la Commission fédérale contre le racisme[6]. Mais le dernier mot
appartient au peuple qui est appelé à se prononcer le 29 novembre 2009
pour ou contre la construction des minarets en Suisse.

Personnellement je voterai pour l'initiative contre les minarets, pour
les raisons suivantes:

1) L'interdiction des minarets ne viole pas la liberté religieuse
Ceux qui sont contre cette initiative estiment qu'elle viole l'article
15 chiffre 1 de la Constitution suisse qui dispose:
La liberté de conscience et de croyance est garantie.
Mais en réalité l'interdiction des minarets en Suisse ne viole pas cette
liberté. Les minarets ne sont nullement nécessaires pour la prière. Le
musulman peut prier en tout lieu, à condition qu'il soit propre. Et
cette initiative n'interdit ni la prière, ni la construction des
mosquées. Personnellement j'ai autorisé à des musulmans à prier dans ma
propre maison.

2) Les minarets risquent de mettre en danger la paix confessionnelle
Les minarets ont servi de tout temps à appeler à la prière. Il ne s'agit
donc pas d'une simple construction de décoration. Il suffit d'aller au
Caire pour comprendre que les minarets sont une source de nuisance
publique qui révolte même des musulmans, certains demandant à couper les
fils d'électricité afin de mettre fin à la cacophonie qu'ils génèrent.
Certes, le Conseil fédéral peut exiger que les minarets ne soient pas
utilisés pour appeler à la prière. Mais une fois les minarets
construits, les musulmans ne vont pas s'arrêter là, et demanderont
qu'ils puissent les utiliser à appeler à la prière comme font les
chrétiens avec leurs cloches, invoquant le principe de la réciprocité.
Ceci ne va pas tarder à provoquer des tensions mettant en danger la paix
confessionnelle. Or, la paix confessionnelle est autant un principe
constitutionnel que la liberté religieuse. Il est prévu par l'article 72
al. 2 de la Constitution suisse qui dispose:
Dans les limites de leurs compétences respectives, la Confédération et
les cantons peuvent prendre des mesures propres à maintenir la paix
entre les membres des diverses communautés religieuses.
Si les musulmans estiment que l'appel à la prière est une manifestation
publique faisant partie de la liberté religieuse, il est possible de le
faire aujourd'hui sans recourir à des minarets, en réglant leurs
téléphones portables, leurs télévisions, leurs radios et leurs
ordinateurs personnels comme on le fait pour le réveil.
Certains diront que si l'on interdit aux musulmans d'avoir des minarets,
il faut aussi interdire aux chrétiens d'avoir leurs cloches. Mais
personne n'empêche ceux qui sont dérangés par les cloches de faire une
autre initiative visant à les interdire. Et le peuple sera alors appelé à
se prononcer sur une telle initiative comme on le fait contre les
minarets.

3) Ouvrir le débat sur toutes les questions
Les musulmans en Suisse sont passés de 16'353 en 1970 à 310'807 en 2000,
selon les chiffres officiels de la Confédération. Forts de leur nombre,
ils ne cessent d'afficher publiquement leurs revendications qui
ressemblent à des poupées russes (matriochkas). Le nombre de ces
revendications ne cesse de croître: le port du voile et de la burqa, la
non participation aux cours de natation, l'abattage rituel des animaux,
les cimetières séparés, la non mixité dans les soins hospitaliers, la
création de tribunaux religieux musulmans, etc. La construction des
minarets ne fait que s'ajouter à ces revendications.
L'initiative contre les minarets devrait être une occasion pour ouvrir
le débat sur l'ensemble des revendications des musulmans pour voir dans
quelle mesure ces revendications peuvent être satisfaites ou rejetées.
Et il est essentiel de faire comprendre aux musulmans que la
Constitution suisse leur reconnaît des droits, mais leur impose aussi
des devoirs.
Ceux qui soutiennent la construction des minarets en Suisse invoquant le
chiffre 1 de l'article 15 de la Constitution, oublient les autres
chiffres qui disposent:
2) Toute personne a le droit de choisir librement sa religion ainsi que
de se forger ses convictions philosophiques et de les professer
individuellement ou en communauté.
3) Toute personne a le droit d’adhérer à une communauté religieuse ou
d’y appartenir et de suivre un enseignement religieux.
4) Nul ne peut être contraint d’adhérer à une communauté religieuse ou
d’y appartenir, d’accomplir un acte religieux ou de suivre un
enseignement religieux.
Or, les musulmans sont loin de respecter ces trois chiffres. Alors
qu'ils pratiquent le prosélytisme en Suisse, ils interdisent à tout
musulman de quitter sa religion. Je connais des musulmans convertis au
christianisme qui cachent soigneusement leur nouvelle religion pour ne
pas se faire agresser par les musulmans. Dans les mariages mixtes, le
droit suisse laisse aux deux conjoints le droit de décider de la
religion de leurs enfants, alors qu'en réalité le conjoint musulman
impose sa propre religion à ses enfants. L'article 14 de la Constitution
dispose que "le droit au mariage et à la famille est garanti". Or, les
musulmans permettent le mariage d'un musulman avec une non-musulmane
monothéiste, mais exigent de celui qui veut épouser une fille musulmane
de se convertir à l'Islam, violant aussi bien la liberté religieuse que
le droit au mariage.
Signalons aussi qu'un bon nombre de pays musulmans dont proviennent les
musulmans ne respecte pas la liberté religieuse des non-musulmans. C'est
notamment le cas de l'Arabie saoudite qui construit les mosquées en
Suisse et ailleurs, mais qui interdit toute présence d'églises sur son
territoire, et emprisonne et expulse toute personne qui accomplit un
culte religieux non-musulman avec d'autres, même dans sa propre maison.
Dans d'autres pays (pas tous), les églises sont soumises à des attaques
de la part de la foule musulmane, et les autorités publiques soumettent à
des conditions impossibles la construction, voire la reparation des
églises sur leurs territories. Ces pays ne manquent pas à critiquer la
Suisse à cause de l'initiative contre les minarets, mais ils oublient le
non-respect de la liberté religieuse des non-musulmans sur leurs
territories. Il faut donc le leur rappeler et leur expliquer que
l'interdiction des minarets en Suisse n'empêche pas les musulmans de
pratiquer leur religion ouvertement et d'avoir leurs lieux de culte.

4) Naïveté des Églises et de la Commission fédérale contre le racisme
La position des Églises et de la Commission fédérale contre le racisme
en faveur de la construction de minarets en Suisse n'est pas sans
rappeler que ces autorités "morales" ont pris position aussi en faveur
de l'abattage rituel et en faveur de cimetières religieux séparés. Ce
faisant, ces autorités font preuve d'une naïveté magistrale. Rappelons
aussi que la Commission fédérale contre le racisme critique, à juste
titre, toute discrimination dont sont victimes les musulmans, mais
jamais elle n'a pris position contre les discriminations générées par
les normes musulmanes ou les musulmans. Ce faisant, cette Commission, au
lieu de combattre la xénophobie et le racisme, ne fait que les
encourager.

Pour les raisons susmentionnées, je voterai pour l'initiative contre les
minarets et j'invite tous les Suisses à faire de même, dans l'intérêt
de la paix confessionnelle en Suisse…. et dans l'intérêt des musulmans.


--------------------------------------------------------------------------------

[1] Voir le site de cette initiative www.minarets.ch .
[2] Voir http://www.ejpd.admin.ch/ejpd/fr/home/dokumentation/mi/2008/
2008-08-27.html et le message fédéral contre l'initiative: http:// www.admin.ch/ch/f/ff/2008/6923.pdf.
[3] Message fédéral, p. 6939.
[4] http://www.sbk-ces-cvs.ch/ressourcen/download/20090910091559.pdf
[5] http://www.sek-feps.ch/media/pdf/SCR/minarett_fr.pdf
[6] http://www.ekr.admin.ch/aktuell/index.html?lang=fr

Tags: -, Intitiative, Minarets, Suisse, contre, les

Views: 24

Page Monitor

Just fill in the box below on any 4F page to be notified when it changes.

Privacy & Unsubscribe respected

Muslim Terrorism Count

Thousands of Deadly Islamic Terror Attacks Since 9/11

Mission Overview

Most Western societies are based on Secular Democracy, which itself is based on the concept that the open marketplace of ideas leads to the optimum government. Whilst that model has been very successful, it has defects. The 4 Freedoms address 4 of the principal vulnerabilities, and gives corrections to them. 

At the moment, one of the main actors exploiting these defects, is Islam, so this site pays particular attention to that threat.

Islam, operating at the micro and macro levels, is unstoppable by individuals, hence: "It takes a nation to protect the nation". There is not enough time to fight all its attacks, nor to read them nor even to record them. So the members of 4F try to curate a representative subset of these events.

We need to capture this information before it is removed.  The site already contains sufficient information to cover most issues, but our members add further updates when possible.

We hope that free nations will wake up to stop the threat, and force the separation of (Islamic) Church and State. This will also allow moderate Muslims to escape from their totalitarian political system.

The 4 Freedoms

These 4 freedoms are designed to close 4 vulnerabilities in Secular Democracy, by making them SP or Self-Protecting (see Hobbes's first law of nature). But Democracy also requires - in addition to the standard divisions of Executive, Legislature & Judiciary - a fourth body, Protector of the Open Society (POS), to monitor all its vulnerabilities (see also Popper). 
1. SP Freedom of Speech
Any speech is allowed - except that advocating the end of these freedoms
2. SP Freedom of Election
Any party is allowed - except one advocating the end of these freedoms
3. SP Freedom from Voter Importation
Immigration is allowed - except where that changes the political demography (this is electoral fraud)
4. SP Freedom from Debt
The Central Bank is allowed to create debt - except where that debt burden can pass across a generation (25 years).

An additional Freedom from Religion is deducible if the law is applied equally to everyone:

  • Religious and cultural activities are exempt from legal oversight except where they intrude into the public sphere (Res Publica)"

© 2022   Created by Netcon.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service